FLASH INFOS
:
ArabicEnglishFrench

WhatsApp_Image_2021-01-28_at_13.40.58.jpeg

WhatsApp_Image_2021-03-28_at_22.56.08_1.jpeg

Moussa Alex Sawadogo : adhérer à l'Alliance des festivals du film « la Ceinture et la Route » est une belle opportunité qui permettra de s'ouvrir à d'autres horizons

le .

Screenshot 20240617 132915 Word 

 

(Note de l'éditeur : Cet article représente le point de vue de l'interviewé et pas nécessairement celui de CGTN.)

Moussa Alex Sawadogo est délégué général du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) au Burkina Faso, en Afrique de l'ouest. Dans une interview accordée à CGTN Français, M. Sawadogo évoque l'adhésion de son organisation à l'Alliance des festivals du film « la Ceinture et la Route », initiée par le Festival International du Film de Shanghai.

Selon lui, adhérer à cette Alliance est une belle opportunité qui permettra de s'ouvrir à d'autres horizons et de nouer d'autres partenariats.

Le Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO) fait partie de l'Alliance des festivals du film « la Ceinture et la Route », initiée par le Festival International du Film de Shanghai. Pour le délégué général du FESPACO, Moussa Alex Sawadogo, adhérer à cette Alliance est une belle opportunité qui permettra de s'ouvrir à d'autres horizons et de nouer d'autres partenariats. « Inscrire le FESPACO dans cette organisation était une de nos grandes volontés. Et cela permet aussi au FESPACO de sortir de son confort habituel et d'aller chercher aussi de nouveaux partenaires dans le monde entier. C'est vrai que nous parlons du cinéma africain et de la Diaspora, mais les moyens de distribution, les moyens de diffusion et les moyens de production sont divers », a-t-il déclaré. Il est question à travers cette adhésion, aux dires de M. Sawadogo, de pouvoir donner la possibilité au cinéma africain d'être en contact avec un public qui n'a pas l'habitude de voir le cinéma africain. Appartenir à l'Alliance des festivals du film « la Ceinture et la Route », c'est, selon lui, offrir une perspective au FESPACO d'être au Festival du Film de Shanghai par exemple, d'être en Asie, ce qui va permettre aux Asiatiques, aux Chinois, et aux autres populations de voir le cinéma africain. « Pour renforcer une industrie cinématographique, il ne faut pas se contenter de la consommation locale, il faut aller au-delà de son lieu, et cela va permettre de faire connaître le cinéma africain dans le monde entier », a conclu le délégué général du FESPACO. Moussa Alex Sawadogo a formulé le vœu de voir la participation de Chinois à la prochaine édition du FESPACO qui se tiendra du 22 février au 1er mars 2025 à Ouagadougou, au Burkina Faso. « Nous espérons fort bien qu'on aura des Chinois à la prochaine édition du FESPACO », a-t-il souhaité.