FLASH INFOS
:
ArabicEnglishFrench

WhatsApp_Image_2021-01-28_at_13.40.58.jpeg

WhatsApp_Image_2021-03-28_at_22.56.08_1.jpeg

Tchad : le gouvernement de transition et les politico-militaires signent un accord de paix 

 
1163C048 721B 45DF 8ABA B94B828EBFFD

Après cinq mois de négociations à Doha,  le Conseil militaire de transition tchadien et des groupes armés ont signé,  ce  lundi 8 août 2022, à Doha,  un  accord de paix sous l’auspice des autorités Qataris et de la communauté internationale.

Une trentaine de politico-militaires a signé  l’accord de paix mise à part les principaux mouvements rebelles qui sont actifs dans le sud de la Libye, frontalier du septentrion Tchadien. Il s’agit du FACT , du CCSMR et de FNDJT qui ont refusé de signer le document arguant que les préalables posés pour un accord n’ont pas été pris en compte par le gouvernement.

Par contre le président de l’UFDD, général Mahamat Nouri et celui de l’UFR Timane Erdimi ont signé l’accord de paix pour participer au dialogue national inclusif qui se profile à l’horizon dans quelques jours à N’Djamena.

Les négociations entre le gouvernement et les groupes politico-militaires ont débuté en mars, après plusieurs reports, pour mettre fin à des décennies de troubles et d’instabilité au Tchad, pays de 16 millions d’habitants qui a connu plusieurs coups d’État. 

Au lendemain de la mort du président Idriss Déby Itno, tué au front contre des rebelles en avril 2021, son fils, le jeune général Mahamat Idriss Déby Itno, avait été proclamé président à la tête d’un Conseil militaire de transition de 15 généraux.

 

Il avait aussitôt promis des élections libres et démocratiques dans un délai de 18 mois, après un « dialogue national inclusif » avec l’opposition politique et les innombrables mouvements rebelles, précédé de négociations de paix avec une cinquantaine de groupes armés. 

Au terme de longs moisde pourparlers, un accord de paix a finalement été signé avec des groupes rebelles à Doha ce lundi. L’un des principaux groupes armés, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), à l’origine de l’offensive partie de Libye qui a coûté la vie à l’ancien dirigeant Idriss Déby, a annoncé qu'il  n'allait pas parapher  l’accord.