FLASH INFOS
:
ArabicEnglishFrench

WhatsApp_Image_2021-01-28_at_13.40.58.jpeg

WhatsApp_Image_2021-03-28_at_22.56.08_1.jpeg

Tchad : Tom Erdimi est de retour au pays

 

B6A54D46 07E9 41C3 B1ED 9D5520029593

Tom Erdimi, un rebelle tchadien emprisonné depuis plusieurs mois en Egypte, a été gracié par le président Abdel Fattah Al-Sissi, a regagné vendredi 16 septembre 2022 Ndjaména via un vol régulier d'Égyptair où il a été accueilli par son frère Timane Timane et de quelques membre du gouvernement. Ses parents lui ont réservé un accueil chaleureux à l’aéroport Hassan Djamouss de Ndjaména.



Les frères Erdimi, neveux de l’ancien président tchadien Idriss Déby Itno, étaient dans les années 1990 deux personnages clés du régime de M. Déby, qui a dirigé le pays d’une main de fer pendant trente ans avant de mourir en se rendant au front contre des rebelles en 2021. Tom Erdimi fut son directeur de cabinet en 1991, avant d’être chargé de certaines activités pétrolières. Ils étaient entrés en rébellion en 2005, conduisant plusieurs offensives visant à renverser M. Déby en 2008 et 2019, une opération qui leur vaudra une condamnation à mort par contumace alors qu’ils étaient en exil à l’étranger.


Amnistie générale
La libération de Tom Erdimi était l’une des conditions pour que l’UFR intègre le Dialogue national inclusif qui se tient actuellement à N’Djamena entre les représentants de la société tchadienne : une promesse de l’actuel président de transition, Mahamat Idriss Déby Itno, propulsé au pouvoir à la mort de son père. « Il est libéré et entouré de ses enfants », a confirmé le porte-parole du gouvernement, Abderaman Koulamallah, assurant que Mahamat Idriss Déby « a favorisé sa libération » mais rappelant qu’il s’agit d’une « affaire égyptienne ».


Dans un geste d’apaisement en novembre 2021, la junte militaire avait accordé une « amnistie générale » aux rebelles, affirmant vouloir « faire table rase des vestiges hérités des périodes sombres » du pays. Mahamat Idriss Déby s’était donné pour objectif de rendre le pouvoir au peuple au terme d’une transition de dix-huit mois, renouvelable une fois, et d’un dialogue de réconciliation national censé ouvrir la voie à des « élections libres et démocratiques ».